Les étapes de construction des bateaux à voile présentées par Yannick Dacheville

Vous êtes un amoureux des balades en mer sur bateau à voile et vous êtes aussi curieux de connaître la technologie utilisée pour construire les voiliers. Des expérimentés dans la construction de bateaux comme Yannick Dacheville vous donnent plus d’informations sur ce lien.

Suivez toutes les étapes nécessaires à l’élaboration du navire à voile, à savoir soudure, peinture, menuiserie, plomberie et électricité.

En vous référant aux différentes étapes suivantes, vous saurez désormais comment les artisans des embarcations à voile s’y prennent pour le montage.

Yannick Dacheville explique la 1ère étape ou la construction de la coque

Les voiliers sont conçus pour naviguer sur la mer, les rivières et bien d’autres. Ils sont pour la plupart transportables sur le toit d’une voiture ou à l’arrière d’un camion. Voici comment ces gros engins qui flottent sur les eaux sont montés dans les ateliers.

Cette étape concerne le découpage et la fixation de panneaux de contreplaqué. Ces panneaux ordinaires sont découpés en bandes de 60 cm de large, ensuite empilés (120 cm x 60 cm). Une fois empilées, ces bandes sont clouées sur les côtés inférieur et supérieur de la coque. Dans son article sur WordPress, Yannick Dacheville décrit cette étape de la construction d’un bateau à voile.

La phase de prise de mesure est indispensable pour servir de point de repère. A ce niveau, l’artisan marque d’un trait vertical tous les 30 cm sur la longueur des bandes de contreplaqué. Pour cela :

• Il doit circonscrire le contour des panneaux en joignant les points par une ligne grâce à une grande règle ou une latte
• Il est nécessaire de réunir trois panneaux par côté. Il y a quatre demi-panneaux de contreplaqué de 240 cm qui vous donneront 12 panneaux d’embarcation. Ils doivent être assemblés par paire à l’aide de joints d’aboutage ou de joints en biseau, ce qui vous permettra d’obtenir au total 6 panneaux, c’est-à-dire 3 par côté
• L’assemblage à queue droite doit être correct grâce à un gabarit et une défonceuse. En fait pour qu’il soit réalisé avec une finition de meilleure qualité, vous devez utiliser un chevauchement de 2,5 cm
• Une telle technique utilisée va vous aider à monter un bateau à voile simple, mais assez esthétique avec un fond en forme de V en lieu et place d’un fond plat.

Avant de découper les panneaux, assurez-vous que le traçage soit terminé. Vous devez donc être convaincu que les lignes présentent une belle forme. Pour un souci de précision, le découpage doit se faire avec une scie sabre.

Avant le découpage des panneaux de contreplaqué, il est important de vérifier que les angles soient bien arrondis grâce à une râpe à bois suivant les lignes tracées auparavant. Après le découpage, on peut adoucir les pointes avec un petit rabot.

2ème étape : perçage des panneaux

L’étape qui suit est le perçage de trous dans les panneaux. Une fois que les travaux concernant les panneaux sont terminés, la tache suivante est de percer des trous d’environ 1 cm sur les bords supérieur et inférieur de chaque panneau.

Conseil de Yannick Dacheville (les autres idées sur ce site) : afin de simplifier le travail et gagner du temps, il faut songer à percer les panneaux par paires. Cela consiste à perforer en même temps les deux panneaux situés de part et d’autre de la coque. Les panneaux symétriques de chaque bord de l’embarcation doivent être percés par paire selon leur position.

A l’aide d’un fil de fer ou de cuivre, soudez les panneaux par couture. Utilisez pour cela ces morceaux de fil de fer d’environ 8 cm de long ou presque l’équivalent d’un moule à tarte à moitié plein.

Ces fils de fer ou de cuivre serviront à attacher les panneaux du fond superposés l’un sur l’autre, mais il ne faut pas trop serrer. Ces attaches doivent être gardées desserrées pour permettre l’ouverture de ces contreplaqués comme un livre. Le faisant, vous venez de construire le fond de votre voilier.

Après avoir attaché les panneaux du fond, c’est le tour de ceux de chaque côté. Il faut partir de la ligne centrale du bateau pour atteindre les extrémités. Au niveau des extrémités supérieures, vous devez effectuer des ajustements avant de les attacher ensemble.

Ces planches doivent être maintenues au même niveau afin de former une courbe régulière. La forme du navire se dessine à cette étape.

Marquez une pause pour apprécier le travail à mi-parcours. En effet, d’après Yannick Dacheville, si vous avez fini de lier les panneaux les uns aux autres, il reste à positionner une tige en bois en haut au milieu. Elle permettra de maintenir la largeur et la forme du bateau. Ce bois doit avoir environ 2,5 cm × 2,5 cm × 74 cm comme dimensions.

Si vous constatez que les lignes de la coque ne sont pas régulières, ou qu’il y a encore des déformations, vous devez faire des retouches. C’est à ce moment que vous pouvez jouer sur le serrage des attaches ou encore les renforcer si possible. Il faut que la ligne générale de votre bateau soit agréablement belle à voir.

Tout doit être uniforme et sans déformation dans la coque. Une paire de règles peut vous aider à effectuer un contrôle dans ce sens. Les extrémités des panneaux ne doivent pas se superposer, mais se disposer les uns sur les autres sans chevauchement.

Il existe des techniques pour produire particulièrement un joint pour le bord inférieur avant les panneaux supérieurs. Cette astuce consiste à pratiquer une sorte d’entaille d’environ 6 mm à 1 cm sous forme de « V » de 60 cm à 90 cm suivant la largeur du panneau et la longueur du navire en construction. Tout ceci permet d’obtenir une face bien lisse.

A la fin de cette étape, assurez-vous que les panneaux soient solidement bien attachés, que les coutures sont aussi régulières.

3ème étape : collage des panneaux

A ce niveau, il s’agit de traiter les joints avec un mélange de colle époxyde. A l’aide d’un gobelet de 250 ml et une tige plate, mélangez ce produit avant de l’appliquer sur les joints grâce à un pinceau en mousse.

Pour obtenir une adhérence parfaite, la couverture de chaque couture doit atteindre en moyenne 2,5 cm de part et d’autre. Ce travail doit en principe permettre de voir une couche de peinture régulièrement dressée sur le joint. Cette solution s’applique pour le moment sur le côté interne des joints des panneaux ainsi que sur les extrémités de l’embarcation.

L’opération concerne tous les joints du bateau. Il faut aussi traiter les coutures. Au cas où il y aurait une coulure, il faut doser cet endroit avec un excédent de produit et ce grâce à un autre pinceau. Ce travail permettra de faciliter le ponçage de l’intérieur de la coque.

Vérifiez que la face externe des coutures ne contienne pas de coulure.

Sachez que vous devez appliquer deux couches de colle époxyde sur les joints et les extrémités du navire. Pour ce faire, laissez le temps à la première couche de bien sécher avant d’y mettre la seconde. Il est bon de savoir que chaque couche de colle époxyde nécessite 24 heures pour bien sécher. C’est pourquoi vous devez être patient pour accorder du temps au premier dépôt de colle.

Cliquer ici pour ouvrir la page de Yannick Dacheville.

Les extrémités sont bien assemblées entre elles avant de les coller avec époxyde. Contrôlez aussi le serrage des attaches, cela est nécessaire pour éviter que le bateau coule. Il faut éviter d’utiliser le serre-joint pour assembler les bords des panneaux, les attaches en fil de fer suffisent.

Après le séchage de la colle, examinez si dans l’ensemble toutes les coutures ont été traitées, vérifiez également s’il n’y a pas d’endroits mal collés. Quand le contrôle est satisfaisant, dénouez et débarrassez les attaches en fil de fer.

A ce sujet, il vous est demandé d’être prudent parce que les joints sont encore fragiles. C’est pourquoi il n’est pas question de détruire la couche de colle, mais d’enlever soigneusement toutes les attaches sans endommager les coutures.

En cas d’ouverture d’un joint pendant l’opération par exemple, il faut simplement remettre l’attache en question et y appliquer une autre couche de colle époxyde.

A cette étape de la construction du voilier, il est conseillé d’appliquer un mélange de colle époxyde et de farine de bois (ou résine époxy chargée) dès que toutes les attaches sont enlevées. Sachez que la farine de bois est obtenue à partir de la sciure de bois très fine. Elle est généralement disponible chez les fournisseurs de produits pour bateaux.

Le mélange de la farine de bois et la colle époxyde donne une solution crémeuse, mais celle à appliquer sur les joints déjà traités à la colle époxyde doit être compacte.

Après cela, il faut protéger chaque joint en apposant un bourrelet régulier de résine de 4 à 5 cm de large. Les extrémités à l’intérieur du bateau à voile doivent également être sécurisées par un autre bourrelet.

En plus de l’application de la résine, il faut joindre un bourrelet intérieur de 2 cm d’épaisseur sur les bords de la coque, cela va permettre au navire d’être solide et esthétique.

Prenez garde toutefois de ne pas mettre trop de colle époxyde qui peut s’avérer dangereuse pour la sécurité du navire.

Le moment est maintenant venu d’ajouter un tissu en fibre de verre à l’intérieur de la coque. De ce fait, vous allez placer une bande de tissu en fibre de verre de 7,5 cm de largeur sur les joints et extrémités déjà traités.

L’opération consiste à mettre une nouvelle couche de colle époxyde sur les bandes de tissu jusqu’à la transparence. Le joint doit être régulier si possible, c’est pourquoi, il faut apposer suffisamment de colle pour rendre la fibre de verre transparente. Vous pouvez enlever l’excès de colle avec un racleur, explique Yannick Dacheville.

Mesurez la quantité de colle époxyde pour éviter l’excès. Elle s’applique avec soin afin de ne pas déplacer la résine fraîchement apposée sur les bandes de tissu loin du joint au moment de racler.

Les bords du bateau se renforcent avec une bande de tissu en fibre de verre (7,5 cm de large). Abandonnez totalement la bande pour qu’elle ait le temps de recouvrir la bande centrale fixée au fond de la coque. C’est pour obtenir un joint continu et solide.

Le ponçage du bateau commence avec cette phase, commente Yannick Dacheville. Il faut retourner la coque du navire dès que la deuxième couche de colle époxyde est bien sèche. Ce travail demandant beaucoup d’effort, sollicitez l’aide d’autres personnes. Il doit se faire avec prudence parce que la coque est toute fraîche, donc fragile.

Les extrémités des panneaux du fond et latéraux inférieurs doivent être arrondis avec une râpe à bois. Soyez attentif pour ne pas gratter le contreplaqué. Après cela, il faut poncer les joints à l’aide de papier de verre de grain 80 en faisant attention pour éviter d’écorcher le contreplaqué du fond.

Pour poncer la face externe de la coque une fois retournée, vous devez prendre du papier de verre de grain 120. Il faut en profiter pour se débarrasser des gouttes et des coulures de colle époxyde occasionnelles. Evitez de toucher le contreplaqué parce qu’il n’a que 3 mm d’épaisseur, sinon vous risquez de réduire sa résistance et même d’y provoquer des points creux.

Une fois que le ponçage terminé, nettoyez la coque avec une toile à fromage et dépoussiérez-la par un jet d’air comprimé et un chiffon propre pour balayer les grains de poussière résistants.

Après la dissipation de la poussière, saisissez-vous d’un pinceau en mousse pour mettre une couche mince et régulière de colle époxyde sur la surface externe du bateau. Là encore, il faut attendre 24 heures pour permettre au produit de sécher.

Après ce temps d’attente, il faut à nouveau poncer la couche de colle époxyde avec du papier de verre de grain 120. Cela est important pour que la couche suivante tienne. C’est le moment d’habiller la face externe de la coque avec un tissu en fibre de verre de grammage variant entre 125 g et 250 g.