Ce qu’il faut savoir sur l’injection plastique

L’injection plastique est la solution incontournable pour produire des pièces identiques nécessitant un important travail de précision. Cette technique mise en œuvre dans toute industrie est peu onéreuse, elle est adaptée à la production en moyenne et grande série.

L’injection plastique

Le moulage par injection permet de fabriquer en une seule opération des pièces finies présentant des formes simples ou complexes.

La première étape du processus consiste à injecter la matière thermoplastique. Elle se présente sous forme de granulés avant d’être ramollie et partir en direction du moule qui va se charger de la seconde phase : la mise en forme.

Le moule est sans nul doute la partie la plus importante des machines destinées au moulage par injection. Conçu généralement en acier, il se charge non seulement de la mise en forme de la matière thermoplastique, mais également de son refroidissement et de son éjection.

Le refroidissement est une étape importante du processus de fabrication, puisqu’il va assurer les qualités esthétiques et dimensionnelles des pièces. En d’autre part, sa qualité est un élément essentiel à la réussite des opérations.

La presse à injecter est constituée de 2 parties à savoir : le groupe d’injection et le groupe de fermeture.

Le groupe d’injection accueille les granulés et les chauffe pour qu’ils puissent atteindre un état suffisamment visqueux. Il évalue ensuite la quantité de matière nécessaire à la production avant d’acheminer la matière en fusion vers le moule.

Le groupe de fermeture quant à lui, se charge de l’ouverture et de la fermeture du dispositif. Après la mise en forme, il participe à l’éjection des pièces finies.

A titre d’information, les pièces fabriquées à partir d’un moulage par injection sont utilisées dans divers secteurs : automobile, aéronautique, aérospatial, robotique, électronique, médical, etc.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Fabrication de moule d’injection : l’étude de fabricabilité et les éléments importants du dispositif

Tout projet de fabrication de moule d’injection débute par une étude de fabricabilité. L’analyse est effectuée en prenant en considération la ou les pièces à produire et permet de déterminer les caractéristiques de chaque élément du dispositif.

L’état de surface, la dépouille, les parois et le rayon d’usinage compte parmi les principaux éléments à ne pas négliger lors de l’étude.

L’état de surface va définir la finition des pièces moulées et peut influer grandement sur le prix du moule. Onéreuse mais offrant une surface lisse, voire brillante, la finition SPI-A2 requiert un polissage à la main des empreintes pour atteindre une rugosité de 1 à 2 Ra.

La dépouille permet de faciliter l’éjection des pièces après la mise en forme. Elle permet d’arrondir les arêtes et d’incliner leurs faces pour accélérer leur extraction.

Dans la majorité des cas, une pièce doit avoir un angle de dépouille de 0,5 degré, au minimum. Cet angle peut atteindre 5 degrés pour les surfaces complexes et présentant de nombreuses textures.

Concernant les parois, ils vont assurer l’absence de gauchissement et de retassure lors du refroidissement. En règle générale, leur épaisseur va de 1 à 3,5 mm, en fonction de la matière qui va être moulée.