Les frais en assurance-vie : ceux à payer, ceux à éliminer

Toutes les prestations de service proposées par une banque ou une compagnie d’assurance lors de chaque nouvelle souscription se font par le paiement des frais. Entre autres prestations, on peut citer : l’ouverture d’un nouveau contrat d’assurance-vie, la cession d’un compte d’épargne, le paiement d’un crédit immobilier, etc. Ce qui est sûr, il faut payer certains des frais pour en profiter même si d’autres ne sont pas obligatoires.

Les frais obligatoires

Généralement, les frais d’assurance vie à payer et le taux à verser différent d’une institution financière à une autre. Même lorsqu’ils sont imposés par l’établissement financier, ils sont très loin de constituer un inconvénient majeur pour décourager l’épargnant. Surtout pour celui qui est assez motivé à vouloir se constituer un patrimoine ou préparer tranquillement sa retraite.

Les frais de souscription ou de dossier

D’entrée de jeu, avant de souscrire à un contrat d’assurance-vie, le paiement des frais de dossiers est proposé à l’assuré. Et celui-ci est réglable par chèque, virement ou en espèce lors de la signature du contrat.

Les frais d’entrée ou de versement

Le choix d’un assureur dépend en grande partie du montant des frais de souscription de chaque contrat. Il s’agit d’une somme retenue automatiquement sur chaque nouvelle souscription à un contrat d’assurance-vie, qui viendra s’ajouter sur le capital investi brut. Toutefois, certains assureurs proposent des frais d’entrée à 0% pour les contrats d’assurance-vie en ligne.

Les frais de gestion

Tous les assureurs pratiquent les frais de gestion. Ils s’estiment sur le risque total de chaque support et s’affectent sur le montant total versé. S’évaluant entre 0 et 1%, ils permettent de rémunérer l’assureur pour toutes les charges d’administration du compte. S’agissant des fonds en unités de compte, ils sont débités sur la côte de chaque part ou sur la contribution elle-même.

Les frais d’arbitrage

Les frais d’arbitrage sont spécifiques lorsque le souscripteur à une assurance-vie multi-support décide d’arbitrer partiellement son investissement. Dans ce cas, des frais promotionnels au taux de l’arbitrage seront réclamés par l’assureur. Tandis que pour amoindrir des charges, l’assureur réclamera uniquement un montant forfaitaire, en moyenne 15€. Autrement dit, ces frais d’arbitrage changent selon que le souscripteur possède un profil actif ou passif.

Les frais négociables ou à éliminer

Ces frais sont certes demandés par l’assureur pour un objectif précis, mais ils s’imputent rarement à l’assuré.

Les frais cachés des unités de compte

La majorité des organismes d’investissement pratiquent des frais d’entrée et de gestion. Ils incombent à l’assuré de les payer, bien qu’il existe aussi des fonds en unités de compte à 0 % de frais de gestion.

Les frais de sorties

La loi a maximisé les frais de sortie à 5% pour tous les épargnants qui mettent un terme à leur contrat avant la date d’échéance. Si le souscripteur choisit d’anticiper sur son contrat et ne veut plus lui donner une suite, un montant potentiel de paiement doit lui être imputé. Sauf que depuis quelques temps, cette pratique est devenue très rare.

Les frais de transfert

Depuis l’entrée en vigueur de la loi « transfert Furgus »du 26 juillet 2005, ces frais sont relatifs à la fermeture d’un précédent contrat et à l’ouverture d’un nouveau dans le même établissement. Il s’agit d’une dérivée des frais de dossier qui s’impute à la souscription d’un autre contrat et l’épargnant peut négocier le montant des frais avec son assureur.